A la pêche

Je vais à la pêche.

A la pêche avec mon amoureux, non, à la pêche de mon amoureux. A lancer ce qui pourrait bien l’attraper, puis guetter (ou ne pas guetter) un signe de lui, une réponse, une proposition.

Comment pêcher mon amoureux ?
C’est tout un art que j’apprends, au hasard. C’est différent que de pêcher la palourde au trou. Il suffit de repérer les trous, creuser et hop le tour est joué. Je commence quand même à percevoir quelques trous. C’est aussi un peu comme pour le poisson, il faut varier, ne pas présenter toujours le même hameçon, essayer de surprendre.

A la pêche de mon amoureux. C’est comme un jeu, vais-je gagner, sa présence, vais-je perdre, son silence ? C’est comme un jeu, jouer à lancer la cane, et tant pis si je ne pêche pas, et à moi la joie si le voilà. Pas de râlerie, pas d’obstination. Des fois, mais alors le jeu se transforme, ce n’est plus un jeu. Lourdeur, tristesse, doute. Arrêter la pêche et allez vivre ailleurs. Vivre.

Parfois mon amoureux m’attrape, sans que je ne le pêche. Quel bonheur !