Arte : 2 documentaires sur le toucher.

Le pouvoir des caresses. Le toucher, un contact vital. A fleur de peau. Une histoire des caresses, câlins et autres étreintes

Ce printemps, 2 documentaires diffusés sur Arte et liés au toucher
Le pouvoir des caresses. Le toucher, un contact vital – Arte 2021 Réalisation Dorothee Kaden
Disponible jusqu’au 31 mai 2021 ici.
À fleur de peau. Une histoire des caresses, câlins et autres étreintes. Arte 2021 Réalisation Annebeth Jacobsen
Disponible jusqu’au 28 mai 2021 ici.

Le pouvoir des caresses rappelle l’importance du toucher pour le développement et la santé physique et psychique des humains. Elle souligne aussi la place que prend le toucher bienveillant dans la relation aux autres et la construction du lien social. Des chercheurs en neurosciences ont identifié des récepteurs sensitifs au toucher caresse (toucher doux) qui envoient l’information au cerveau (fibres CT pour C tactile) à une vitesse assez lente (1 à 2 sec) comparée aux autres fibres sensitives. Cette information arrive dans la partie du cerveau qui concerne le traitement des sensations positives, de l’attention à l’autre et de la conscience de soi (insula). Elle entraine alors une libération d’hormone du bien-être comme l’endorphine ou de l’attachement comme l’ocytocine. Une partie des informations est même traitée directement au niveau de la moelle épinière par les inter-neurones.
Les fibres CT sont difficiles à déceler, elles réagissent le mieux à une légère pression et à 34°C que qui est la température du bout de nos doigts. Ces fibres sont plus nombreuses dans le dos que sur nos avant-bras. Serait-ce le besoin qu’un autre vienne toucher notre dos, un besoin social ? Les fibres CT pourraient aussi jouer un rôle dans nos perceptions de nos douleurs aigues. En touchant une zone blessée, les fibres CT transmettent les signaux positifs de la caresse et envoie un message pour réduire la douleur. Et là en cas de pandémie ? Ne pas se toucher, quelles vont en être les conséquences ?

A fleur de peau visite le toucher dans l’histoire, les arts et les pays aussi bien dans les relations familiales que dans la société. Pendant des siècles la proximité physique était omniprésente, l’espace individuel était plus restreint. Aujourd’hui, la distanciation liée à la pandémie n’aurait-elle pas fait que n’accélérer un processus déjà enclenché ? Au Japon, il existe des bars à câlins pour remédier à une solitude grandissante dans une société très numérisée. Les artistes s’emparent du corps et du toucher et ce depuis bien longtemps. En effet, l’art doit toucher les gens.